Un combat de longue haleine contre l’oubli


Dans les laboratoires de la société lausannoise AC Immune SA, on travaille depuis 2003 à la mise au point d’un traitement contre la maladie d’Alzheimer qui pourrait aboutir d’ici à 2020. Neuf produits à visée thérapeutique ont jusqu’à présent été développés sur deux plateformes technologiques, et quatre d’entre eux se trouvent en phase d’essais cliniques. Trois autres produits répondent à des fins de diagnostic.

Début 2019, deux séries d’essais cliniques du Crenezumab, un anticorps pourtant jugé très prometteur, ont pris fin prématurément, faute de résultats concluants. Andrea Pfeifer avait exprimé sa «profonde déception» à cet égard. On n’en suit pas moins de près les autres projets de R&D de cette biotech.

AC Immune a d’ores et déjà conclu plusieurs accords de licence avec des compagnies pharmaceutiques telles que Genentech, filiale du groupe Roche, Eli Lilly ou encore Janssen Pharmaceuticals, portant sur des substances actives développées par ses soins. Et, depuis deux ans maintenant, elle est cotée à la bourse américaine des valeurs technologiques (Nasdaq).

 
 

©2019 SEF.

En collaboration avec Kalaidos University of Applied Sciences

Federally recpgnized and supervides University of Applied Sciences